32018Déc

Burn-out : Allier vie professionnelle et vie d’aidant

Burn-out : de la prévention au soin

Coût de l’absentéisme

Lors du colloque « Burn-out : de la prévention au soin » qui a fait salle comble ce 22 novembre chez Malakoff Médéric, le psychiatre Olivier Dubois est revenu sur le baromètre Réhalto et les causes de l’absentéisme. Parmi celles-ci : être aidant naturel de parents.
D’où l’importance d’allier vie professionnelle, vie personnelle, vie d’aidant.

Aider : une des causes de l’absentéisme

Ce baromètre Réhalto analyse les résultats d’une enquête téléphonique, réalisée grâce au concours de l’institut BVA auprès de 2 échantillons de personnes :
– L’un, de 1504 salariés d’entreprise de plus de 50 personnes
– L’autre auprès de 305 DRH d’entreprise de plus de 305 salariés.
38 % de salariés ont été arrêtés au moins une fois en 2017. Le taux d’absentéisme est plus fort chez les 40-49 ans, les ouvriers, et dans le secteur de la construction.
Et les trois critères extérieurs à l’entreprise qui influence cet absentéisme sont
– La charge d’un ou plusieurs enfants
– Le fait d’être aidant naturel de parents
– Habiter à plus d’1 heure de transport de son lieu de travail.

J’aide et je travaille

« Il y a maintenant plus de salariés qui aident un parent âgés que de salariés qui aident un jeune enfant » annonçait en 2013 la ministre chargée des plus âgés Michèle Delaunay dans le cadre de la Journée nationale des aidants (Chaque 6 octobre).
Cette nouvelle réalité n’est pas encore bien prise en compte au sein des entreprises. Ces salariés aidants sont souvent invisibles. Ils n’osent pas expliquer l’aide qu’ils apportent avec en conséquence des besoins de temps, de disponibilités, d’informations (voir la plateforme en ligne « Monagevillage » que nous avons spécialement conçue). Car neuf aidants sur dix veulent garder leur job selon un sondage Opinion Way pour France Alzheimer pour la Journée nationale des aidants de 2016.

Pistes pour les entreprises

Sensibiliser les dirigeants, former les managers, informer les salariés aidants sur leurs droits (congés, soutiens, répits), proposer des temps d’échanges (Cafés des aidants® after work), aménager les temps de travail, déployer le télé-travail… Les entreprises commencent à prendre conscience de cette réalité et des bénéfices qu’elles peuvent trouver à supporter leurs salariés aidants, qui développent des compétences très intéressantes (écoute, empathie, gestion de projets…). Et c’est rentable souligne l’étude britanique « Supporting working carers » en 2013.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont marqués *