272018Déc

La prévention du burn-out

Lettre d’information de l’Institut National de Recherche et de Sécurité, consacrée au burnout

Comment identifier qu’un salarié est en situation de burn-out?

L’encadrement, les collègues, le service des ressources humaines, le service de santé au travail, les représentants du personnel peuvent avoir un rôle à jouer dans le dépistage, tant au niveau collectif qu’individuel.

Pour être en capacité de repérer les premiers signaux d’alerte chez une personne, il convient d’être attentif aux modifications de son apparence et de son comportement.

Un changement dans l’attitude du salarié, comme par exemple l’apparition d’une agressivité chez une personne plutôt joviale doit alerter. Ou encore, une perte ou une prise de poids rapide, un repli sur soi inhabituel, un désengagement, doivent interpeller l’entourage professionnel et amener à se poser la question du burnout.

Ces premiers signes peuvent conduire à une prise en charge individuelle de la personne, mais aussi à une démarche de prévention sur la situation de travail du salarié concerné.

Au niveau collectif, des indicateurs de dépistage des risques psychosociaux pourront être examinés


Comment faire la part des choses entre ce qui revient au travail et ce qui revient à la personne dans l’apparition du burnout ?

Le burnout, ainsi que les autres risques psychosociaux en général, est multifactoriel. Ces risques dépendent à la fois des caractéristiques individuelles des salariés (histoire personnelle, état de santé, traits de personnalité, expérience professionnelle,…) et des conditions de travail dans lesquelles ils exercent.

Sans pouvoir avoir une quelconque influence ou action sur ces déterminants personnels et malgré cela, l’entreprise peut et doit agir sur les déterminants liés au travail.

La multifactorialité des soucis ou atteintes à la santé n’est pas propre au burnout ou aux risques psychosociaux. Il en va de même par exemple pour les dermatoses. Un salarié pourra ainsi développer un eczéma parce qu’il a un terrain le prédisposant aux allergies et aussi parce qu’il a été en contact avec un produit irritant. En dépit de cette disposition individuelle, son entreprise doit prendre en compte l’exposition à ce produit, l’éliminer ou la réduire.


INRS Décembre 2018



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée . Les champs obligatoires sont marqués *